Je quitte la FFAB (Fédération Française d’Aïkido et de Budo)

                                                            Lettre ouverte à la FFAB

IMG_2586

 J’ai été il y a quelque temps au cœur d’une polémique, suite à un épisode dont j’ai été l’un des protagonistes malgré moi. Beaucoup a été écrit sur le web, et probablement plus encore a été discuté dans les vestiaires. Nul doute que de nombreuses versions de l’histoire circuleront. Voici la mienne. Quel poids a-t-elle ? Nul autre que celui de la confiance que l’on veut bien m’accorder.

Je sais qu’aujourd’hui la parole d’un homme a bien peu de poids, et que peu se sentent engagés par la leur. Mais ce n’est pas ainsi que m’ont élevé mes parents, ce n’est pas l’exemple que m’ont donné mes maîtres. Je jure que les faits que je retranscris ici sont aussi précis que ma mémoire me le permet, et ne comportent ni interprétation ni exagération.

J’ai été participé au stage « Haut niveau » de la Fédération. Nous étions le premier soir et le ménage d’après-repas se terminait. Il ne restait plus qu’une poignée de personnes présentes dans la grande salle du dojo de Bras, et
 il devait être pas loin de minuit. Etaient présents : 

Claude Pellerin (CP) , Serge Sans (SS) , Robert Le Vour’ch, Carlo Andolfi, Xavier Dufau, Serge Pouliquen et moi-même (FB).


 Nous buvions du thé, du café et du whisky, échangeant des plaisanteries et des anecdotes sur le Budo dans une ambiance décontractée. C’est alors que Claude m’a interpellé en indiquant qu’il souhaitait me dire quelque chose de très important pour lui :

CP «  Je trouve que tu es une personne très intéressante, mais je voulais te dire que tu es un véritable faux cul !!! »

FB «  Pourrais-tu s’il te plaît aller au bout de tes pensées et m’expliquer ce que tu entends par là ? »

CP «  On pense que si on te donne le 5ème dan, tu vas quitter la Fédération. »

FB «  Je pense que si tu as des choses à me dire, ça devrait plutôt se passer entre quatre yeux. Pas dans ces conditions, devant les autres. »

 

Claude Pellerin s’est mis à regarder autour de la table en montrant du doigt chacune des personnes en disant :

CP « Lui j’ai confiance… lui j’ai confiance… etc »

C’est à ce moment que Xavier est allé se coucher.

 

FB « On pense ? Qui pense ? Si vous voulez être sûrs de votre réponse, demandez-moi directement au lieu de supposer des choses en coulisse. »

CP « On en est certain ! »

FB « Le stage me coûte environ 300 €. Je suis ici pour la seconde fois consécutive pour pratiquer. Maintenant que tu abordes les choses de cette manière, il y a de fortes chances que je quitte la fédération. »

CP «  On sait que tu fais partie de Mutokukaï et ça dessert la Fédération et la famille. Tu suis des infréquentables et de plus tu donnes des stages avec Léo Tamaki. »

FB « Ce n’est un secret pour personne que je sois sympathisant ou adhérent Mutokukaï. J’ai toujours suivi (depuis 1996) Tiki, Steph, Yamada… toute la bande, et en plus ils sont infréquentablement compétents, je trouve. Désolé de te le dire. »

CP « Ca dessert la famille ! »

FB « Tu te rends compte de ce que tu es en train de me dire. La Famille ?  ou la Famille (avec l’accent mafieux) ? »

CP « Nous ne somme pas une secte ! »

FB « Je n’en suis pas si sûr. Tu tiens des propos quelque peu douteux. Tu me reproches de suivre des infréquentables, d’animer des stages avec Léo, et de pratiquer trop de Budos (Aïkido – Iaido – Iaïjutsu – Kenjutsu…).
Il faudrait que tu relises le traité des 5 roues.

Léo est un ami, Tiki et toute la bande sont des amis… Tous les stages que j’anime avec Léo ou d’autres se font dans un esprit d’ouverture et partage, tel que l’exige l’esprit des Budos. 
J’avais d’ailleurs répondu en ce sens au courrier que j’ai reçu de la fédération relatif au stage que je co-animais avec Léo.

Je ne comprends pas votre état d’esprit actuel. Pour moi, cela ne cadre pas avec l’éthique de la pratique des Budos. Nous n’avons pas du tout la même vision des Budos. »

CP « Et ce Léo !  Pour qui il se prend de dire tout haut qu’il avait toute l’estime de Maître Tamura ! Hein ! Pour qui il se prend ? Tu lui diras bien que l’aïkido qu’il propose c’est de la merde et que si je le croise, je lui casse la gueule !!! »

FB «  Ce que Senseï pensait de Léo, c’est entre eux. Tout comme Senseï et toi. Je ne suis pas ton messager. Si tu as quelque chose à lui dire ou si tu veux lui lancer un défi, appelle-le, écris-lui. Je ne pense pas qu’il vienne en keiko gi mais plutôt en short et en tong. Claude je suis très déçu de t’entendre dire des choses pareilles.  Vraiment. »

SS « Tu es avec nous ou pas ? »

FB « Ca veut dire quoi tu es avec nous ? J’ai l’impression d’entendre Georges W Bush quand il voulait trainer tous les pays du monde à sa guerre contre l’Irak. Si je ne suis pas avec vous, je suis contre vous ? »

CP « Pourquoi tu es là ? »

FB «  Comme la plupart des stagiaires ici, je suis candidat au 5ème dan. Depuis six ans. »

CP « Ce n’est pas l’esprit du stage. C’est nous qui décidons. »

FB «  Je le sais bien. »

CP « J’ai lu ta lettre de motivation. Mais on ne souhaitait pas que tu sois mis en situation par rapport à ta réponse à la fédération sur le stage que tu faisais avec Léo Tamaki. »

FB «  Mais aussi parce que je côtoie des infréquentables ? »

CP «  … »

FB « Et que je n’accepte pas la politique que tu… vous proposez, c’est à dire une politique d’enfermement qui, me concernant, ressemble sévèrement à une dictature, alors que je propose des stages ouverts à tous et dans un esprit d’ouverture. Je ne me retrouve pas là-dedans, désolé ! »

CP « Mets-toi bien ceci dans la tête, ton 5ème dan on ne te le donnera jamais ! »

FB «  Et bien voilà, enfin ! Nous y arrivons. Tu me donnes enfin le fond des tes pensées. Ecoute, c’est toi qui décide visiblement. Fais ce que bon te semble. Et vu les conditions d’obtention du grade je n’en veux plus.

Il faut vous faire allégeance, être dans vos petits papiers. Ne pas penser l’Aïkido par soi-même, interdiction de s’émanciper. Claude, ce n’est pas sérieux ce que tu me dis. Et ne t’étonnes pas si des personnes quittent la fédération parce que c’est avec des propos pareils que beaucoup de pratiquants ont la nausée. »

SS « Tu suis Tiki ? Faut vraiment qu’il progresse en Aïkido. »

FB « Tu parles bien de Tiki ? »

SS « Oui, oui ! Il n’est pas bon »

FB «  Serge, Sérieux ? Tiki est reconnu de partout. Il a une grande connaissance des Budos et une très grande compétence. Tu ne lui arrives même pas à la cheville. Comment tu peux dire ça ? »

SS «  Oui, mais il n’est pas bon. »

FB «  Parce que tu crois que tu es bon toi ? Tu es prétendant pendant ce stage au grade de 6ème dan. A mes yeux, et connaissant la compétence de quelques-uns de mes amis tu ne vaux pas ton 5ème dan. Désolé de te dire ça. »

SS «  Comment oses-tu me dire ça ? Mon 5ème dan c’est Tamura Senseï qui me l’a donné. Je t’interdis de me dire ça. »

FB «  Ecoute, au vu de ce que tu avances sur Tiki, tu ne me laisse pas le choix et je le pense. »

SS «  Tu ne sais pas qui je suis… moi je suis gitan. Si tu n’es pas content, on sort tout de suite. On va régler ça à l’ancienne… aux couteaux ! »

FB «  Serge ! Je t’ai dit que tu ne méritais pas ton 5ème dan et tu viens de le prouver. Tu es 4ème dan technique à mes yeux mais attitude Budo tu es 6ème kyu. C’est comme ça que tu véhicules l’Aïkido dans ton dojo, pendant tes stages ? Je te rappelle que tu es missionné par la Fédération. Tu as une responsabilité. Tu ne peux pas parler comme ça. C’est tout le message de l’Aïkido que tu as compris ? Viens ! Sortons ! Je vais t’ouvrir la porte et tu vas aller faire des lancers de Shuriken avec tes couteaux. Quand tu seras calmé, reviens me voir. J’ai l’impression d’un voyou qui s’adresse à un adulte. Tu déconnes Serge. Sérieux. Élève ton niveau intellectuel. Je n’ai rien contre toi. Tu m’as l’air d’avoir un bon fond. Tu n’es pas foncièrement mauvais. Mais réveille-toi s’il te plaît. »

 FB «  Claude, après cet échange, tu comprendras que je ne me sens pas du tout à ma place. Je viens pour la seconde fois consécutive. C’est un stage qui coûte cher. Et tout ça pour me faire traiter comme un vulgaire bandit au banc des accusés. Je ne sais plus quoi penser de vous. Visiblement le stage démarre de manière électrique. Je ne sais pas si j’ai envie d’aller au bout du stage. Il se fait assez tard. Alors je te le demande – souhaites-tu que je reste à ce stage ?  Si c’est non, je monte dans ma chambre, je prends ma valise et je rentre tout de suite sur Lyon. »

CP «  Mais non reste ! On a voulu te tester. On voulait voir qui tu étais. »

FB «  Bravo. Et comme mise en scène, tu me proposes un -Faites en entrer l’accusé – ! J’ai l’impression d’avoir vécu un procès (final peut-être) face à vous tous. Bravo ! Il est très tard, je vais être bien plus intelligent que ça. Je vais aller au bout de ma démarche. Je vais continuer le stage parce que j’ ai des copains ici. Mais comprends que ça me laisse un goût très amer. Une dernière chose, tu dis que l’aïkido FFAB est dans l’ouverture et le respect de chacun. Ce n’est pas du tout ce que je viens de vivre et permets moi de te dire que tout ça manque cruellement de bienveillance. Chose que m’ont inculquée ces soit disant infréquentables. Référence première à Tamura Senseï, Pascal Krieger, Tiki Shewan, Yamada Senseï, Yahagi Senseï et j’en passe.»

 A la suite de cela, pendant le stage, tout le monde s’est comporté comme si il ne s’était rien passé. Seul Carlo Andolfi m’a avoué que Claude avait sérieusement exagéré, « l’alcool, sans doute.». Je n’étais pas saoul et je ne pense pas que Claude et Serge l’étaient non plus. Quand bien même l’auraient-ils été, l’alcool en enlevant leurs inhibitions n’aurait fait que révéler le triste fond de leurs pensées.

Je pratique l’Aïkido depuis 21 ans (1993), et j’ai toujours été à la FFAB. Depuis la mort de Tamura Senseï, j’ai assisté à une succession d’actes qui sont en désaccord total avec la conception du Budo tel que me l’ont enseigné mes maîtres. Malgré tout comme tant d’autres, j’ai essayé jusqu’ici de continuer ma route avec la fédération, restant à l’écart sans rien demander. Je gardais espoir envers et contre tout, espérant que les choses s’arrangeraient. Je jouais le jeu mais en venant au stage haut niveau, je n’avais en réalité pas la moindre illusion sur la reconnaissance de mon parcours et de mes efforts. Mais c’est une chose d’être ignoré voire même méprisé, c’en est une autre d’être insulté et menacé.

La FFAB m’a demandé, par l’intermédiaire très cordial de Jean-Pierre Horrie, de participer à une confrontation avec les autres acteurs de l’incident. J’ai refusé. Non par crainte, car il en faudrait bien plus pour me faire fuir, comme je l’ai prouvé en restant au stage malgré les tentatives d’intimidation et l’agression. Mais parce que je ne reconnais plus aucune autorité morale à la FFAB.

Je suis probablement quelqu’un de naïf, et j’espère toujours que les choses vont s’arranger. Mais j’ai été écœuré par le comportement de cadres, au premier rang desquels Claude Pellerin, Shihan 7ème dan. Un Shihan est censé être un modèle. Mais comment peut-on rester dans un groupe dans lequel les personnes censées montrer l’exemple intimident, menacent et insultent ?

 Je quitte la FFAB.

Non parce que les cadres qui la dirigent n’ont pas reconnu mon travail. C’est une chose avec laquelle je vis depuis des années. Mais parce que si je peux accepter d’être négligé, je n’accepterai jamais d’être insulté, ni d’entendre des attaques sournoises lancées envers des personnes absentes.

Je ne peux plus rester dans une fédération où l’ouverture a disparue au profit d’intérêts particuliers. Je ne peux plus rester dans une fédération dont certains cadres agissent comme des voyous et des gangsters.

 Le Budo est ma vie. C’est grâce à lui que j’ai prolongé l’éducation de mes parents, et je ne peux plus rester dans une fédération qui trahit certains de ses principes essentiels tels que le respect, l’ouverture et le partage.

 Je pars déçu mais sans rancune. J’espère que le fait que ma mésaventure soit rendue publique servira à ce que ces comportements lamentables ne se reproduisent plus. J’espère aussi qu’à l’avenir la politique d’exclusion de la FFAB se terminera, car j’y compte de nombreux amis et pratiquants que je respecte. Si mon départ me fermera probablement la porte à des stages où je les retrouvais, qu’ils sachent que la mienne reste ouverte.

En ce qui me concerne je vais continuer avec mes maîtres, mes amis et élèves à pratiquer. Pratiquer dans un esprit de respect, de bienveillance, d’ouverture et de partage.

P1010606

 Farouk Benouali

Publicités
Cet article a été publié dans Annonces. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

37 commentaires pour Je quitte la FFAB (Fédération Française d’Aïkido et de Budo)

  1. arnaud dit :

    Bravo Farouk. Même si je t’appelle senseï avec un (tout petit) fond d’ironie. Tu mérites, à mes yeux, amplement ce titre. Dès tes débuts (j’en témoignerai où tu voudras quand tu voudras) que j’ai pu suivre, j’ai apprécié ton ouverture, ton humilité et surtout la justesse (ce n’est que mon avis) de tes analyses autant techniques que sur « l’idée du budo ». C’est sûrement un choix difficile que tu viens de faire mais il est de ceux qui nous grandissent.
    Alain

  2. OLIVA georges dit :

    merci,enfin
    – bien parler,les grades leurs montent à la tête et je continu de comprendre pourquoi quand MAX MECHARD montait sur le tatami dans les stages avec Maître TAMURA ou autres,certains ( haut) gradés de l’époque quitter ou ce mettaient dans un coin du tatami pour l’éviter car son aïkido dépassé tous ces messieurs qui pète plus haut que leurs culs.

    – Cela fait du bien qui est des personnages qui les remets à leurs places, et ce n’est pas de maintenant j’ai passé mon 2e dan en 83 et après vu certaines situations je me suis contenté de pratiquer la recherche en aïkido dans des clubs ouvert ce qui m’a permis d’ arriver à un niveau qui me satisfait et ma permet de garder la forme malgré mes 70 ans. merci encore

  3. OLIVA georges dit :

    Excusez moi pour les fautes d’orthographe..

  4. ce n est pas une question de courrage de votre part mais une obligation part a rapport au respect de soi qui fait en sorte du respect des autres avec bienveillance merci a vous

  5. Lavaud dit :

    Je viens de lire ton message Farouk, je savais que tu vivais des choses pas simples du tout au sein de la fédération mais à ce point là.. Quel dommage pour la fédération, pour l’image qu’elle donne à voir, quel dommage pour cette personne de se comporter ainsi … mais quelle chance de t’avoir pour professeur, de partager une belle pratique dans un esprit d’ouverture et de respect. Merci Farouk. Sophie

  6. Gwennaëlle dit :

    J’ai momentanément arrêté l’aïkido pour cause de bébé et je compte revenir d’ici peu. Quelle tristesse de lire ce compte-rendu. Je suis très très très loin d’un premier dan et je me suis demandée dès le début si je n’avais pas envie de progresser sans jamais essayer de passer des dans qui me semblent dérisoires. Peut être que quelque chose m’échappe mais votre article, et celui de Léo Tamaki à son époque, me laisse très sceptique quant à leur importance pour sanctionner et qualifier l’aïkido d’un pratiquant si le grade doit être attribué dans ces conditions.
    Bonne continuation et j’espère bien assister à un de vos stage dès que je serai de retour sur le tatami.
    (je me dépêche, un bébé se réveille)

  7. david sucarrat dit :

    C’est bien ! ya de l’ambiance à l FFAB !!! je suis surpris par les propos de Claude Pellerin ! bon, je suis à la FFAAA……….Je pense que tu fais bien de te retirer de la Fédé. De telles inepties, si elles ont vraiment été proférées, ne sont pas dignes de notre discipline. Perso, j’essaie de pratiquer l’Aïkido de O O Sensei Ueshiba Morihei, Founder of Aikido , le reste n’est que vaines gesticulations ininteressantes.
    Bon courage , je suis certain que tu n’as pas besoin de ces déplorables histoires pour continuer à enseigner avec ton coeur et ton esprit de Budoka !
    David, aikidoka « itinérant » !!!

  8. socirat dany dit :

    cette lettre m’a profondément émue et bouleversée. Je suis pratiquante depuis 34 ans et enseignante depuis 1995 et les propos tenus par les dirigeants de la FFAB ne sont pas digne de l’esprit de l’Aïkido. Gambate o kodasai, l’essentiel reste la pratique avec la volonté d’ouverture quelque soit la fédération d’appartenance. Je vous assure de tout mon soutien.

  9. yannick dit :

    Bonjour, merci pour ce témoignage. Je suis un jeune pratiquant (à peine 5 ans) j avoue que cela me rassure de voir que des pratiquants avancés réagissent à ce type de comportement sectaire qui est malheureusement très présent en aikido (je ne fais pas partie de la FRANCE mais je peux voir et vivre ce genre de chose même à mon niveau).

  10. Ping : Départ de Farouk Benouali de la FFAB | Fudoshinkan - le magazine des arts martiaux

  11. furinkazan dit :

    Je suis à la ffab dans une autre région que la vôtre j’ai cotoyé de nombreux hauts gradés il y a peu et bien je pense que vous avez complètement …. raison.
    Le dénigrement systématique des formes d’aikido qui ne correspondent pas à l’idée que ce font les dirigeants souvent le dénigrement entre professeur de la même fédération sont la règle.
    Les comportements et le fonctionnement sont de plus en plus sectaires.
    Ce qui est également assez curieux et qui me fait réfléchir depuis quelques temps c’est la déification de Maître Tamura. Maître Ueshiba n’est jamais évoqué. Les cérémonies de début mars en l’honneur de maître Tamura ressemble de plus en plus à une sorte de messe visant à unifié un groupe assez déliquescent. On a parfois l’impression que Maître Tamura est le créateur de l’Aikido, face à Maître Ueshiba relégué à un visage tutélaire. Ceci dit, il est probable que cette démarche serve à justifier l’existence de la fédé.
    On pourrait en écrire des pages et des pages mais les départs en chaîne de professeurs de qualité (Jeff raji – Nebi Vural …), illustre bien qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de la ffab.

    • Gwennaëlle dit :

      « Ce qui est également assez curieux et qui me fait réfléchir depuis quelques temps c’est la déification de Maître Tamura. »
      Comme je l’ai déjà dit, contrairement à vous tous je suis une jeune padawan très loin d’être une jedi. Cependant j’ai eu l’opportunité d’assister au dernier stage de Bras que maître Tamura a animé et ce que j’y ai vu était très édifiant car je me suis demandée si quelque chose m’avait échappé ou bien si je n’étais simplement pas faite pour l’aïkido et ce que je qualifie de folklore.
      j’en ai vu un qui allait jusqu’à ne lire que les livres dont maître Tamura avait parlé et qui disait à qui veut l’entendre que lui se moquait de Saint-Pierre mais que quand il mourrait il voulait que ce soit maître Tamura qui l’accueil au paradis.
      J’ai vraiment très peur…

      • Furinkazan dit :

        De plus la grande majorité des Maîtres japonais sont bien loin de rechercher à être considérés autrement que comme des hommes. Il ne faut pas confondre étiquette du Budo (respect du Sensei, s’occuper de ses armes plier son Hakama, suivre l’enseignement sans juger son approche (si on l’a choisit c’est que l’on est d’accord avec son approche sinon on est libre de le quitter)) avec la vénération quasi religieuse. Il est vrai que certains qui comprennent mal la culture japonaise ou qui se sont fait leur propre fantasme, on tendance à tomber dans la vénération au lieu du respect.
        Pour rebondir sur ton message sur les grades, je suis assez d’accord avec toi. D’ailleurs Maître Ueshiba ne souhaitait pas donner de grade il restait dans la logique traditionnelle. C’est sous l’influence de son fils qui souhaitait faire entrer l’aikido dans les arts martiaux « modernes » qu’il a finalement accepté de délivrer des grades. Les grades que l’on connait dans les arts martiaux ont été mis en place par le fondateur du Judo (Maître Kano) en s’inspirant des hiérarchies militaires occidentales. On peut se demander s’il ne s’agit pas de hochets de vanité, surtout lorsque cela devient une obsession et que l’on pratique rien que pour changer de couleur ou augmenter le nombre de barettes sur la ceinture noire.

  12. mohamed dit :

    Salut jsuis débutant en aikido mais j’ai eu la chance de suivre un de tes stages. Au vu de ta lettre, je vois que ces personnes n’ont rien compris à l’esprit de l’aïkido et des arts martiaux en général . Et c’est ce genre d’ état d’esprit néfaste qui nuit au véritable budo. C pourquoi jte dis bravo d’avoir su gerer cet situation avec « classe », respect, et grandeur d’âmes. continue ainsi , tu nous montre le vrai sens des arts martiaux.

  13. GALBARDI CHRISTOPHE dit :

    COMME CELA ME FAIT RIRE LES TRAITRES IL Y EN AVAIT MAIS PAS TOI .TIKI DEVRAIT NOUS MONTRER LA VOIE JAMAIS IL NE C EST MIS EN AVANT ET POURTANT VU SON NIVEAU! VU LE NOMBRE DE PARTICIPANTS DANS LES STAGES DIRIGER PAR NOS TETES PENSANTES AUCUNE REMISE EN QUESTION! BON COURAGE ATOI BEAUCOUP DE PROF EN ONT MARRE JE TE RASSURE TU N ES PAS LE SEUL SI TU PASSES DANS LA REGION NON DOJO EST OUVERT

  14. Stéphane dit :

    Bonjour Farouk, même si nos chemins se sont croisés il y a de cela plusieurs années, je n’ai pas oublié le pratiquant dévoué que tu es et pour lequel j’ai beaucoup d’estime.
    Malheureusement ton récit ne n’étonne guère, où je reconnais bien là l’attitude de CP et de SS.
    Cette chasse aux sorcières, dont personne n’est dupe, ouverte depuis le décès de Tamura Senseï, sclérose petit à petit la FFAB et la conduira inéluctablement à sa perte.
    Ironie du sort, ce dimanche faisant un bout de chemin avec des compagnons de pratique, ils m’ont clairement exprimé leur dégout au sujet de la fédération qui leur a demandé de ne plus inviter certains intervenants devenus des « parias » à ses yeux.
    Force est de constater qu’au sein de la fédé, le pouvoir semble être à la botte d’une mafia sans loi ni fois, bafouant tous les préceptes qu’est censé représenter l’Aïkido.
    Parfois, j’ai même l’impression que certains de nos hauts gradés ne croient plus aux convictions qu’ils ont tant cherché à construire au travers de l’Aïkido. Autant dire qu’il va falloir croire en nous si nous souhaitons perdurer notre art (Cela ne m’amuse qu’à moitié en réalité, car elle reste aussi source de doute).
    Pour ma part je ne me fais guère d’illusion pour l’avenir de la fédé, d’autant plus, vu le contexte actuel, le gouvernement reviendra tôt ou tard à la charge concernant son projet d’une fédération unique d’Aïkido.
    De mon côté, je me suis lassé de toutes ces querelles inutiles. J’ai pris un certain recul, regardant de loin cette bataille de succession stérile, ne prenant parti que pour une seule et unique chose : la joie de pratiquer et d’enseigner ma passion, l’Aïkido.
    En tout cas, je ne m’inquiète pas pour toi, un corps droit pour un esprit droit.
    Reste celui que tu es, sans chercher à livrer de bataille inutile.
    Au plaisir de te revoir sur les tatamis.

  15. Truffault dit :

    ha! ha! un pratiquant d’Aïkido depuis 1975 ancien élève de Maitre TAMURA et d’Alain PEYRACHE.Ancien pilote de char LECLERC si quelqu’un veut sortir s’expliquer.

  16. Liviero dit :

    Bonjour Farouk,
    Malgré mes 33 ans d’Aïkido je n’ai pas eu le plaisir de te rencontrer. C’est un ami du dojo de Québec qui m’a parlé de ta démission; Comme quoi, elle a fait grand bruit même par delà l’Atlantique. En vieux « routier » de la FFAB je sais que tu as entièrement raison dans ce que tu dénonces et ta décision de la quitter te fait honneur. L’esprit du budo on l’a ou on ne l’a pas et les grades y sont tout à fait étrangers. Moi-même j’ai eu maille à partir avec certains dirigeants de la fédé comme Michel Prouveze qui voulait me donner des leçons de budo, Pierre Grimaldi a qui j’ai fait une lettre pour dénoncer cette guéguerre entre les deux fédés et l’accuser de l’entretenir. Comme disait Montaigne « là ou y’a l’homme il y a de l’hommerie » et je dirais que plus ils ont de pouvoir plus il y a de l’hommerie!
    Je n’ai jamais aimé C.Pellerin, sa mentalité qui transparaît sur son visage et son aikido; Sans doute est-ce un grand technicien? Mais que sur le tapis…
    Avec son compère S.Sans ils font bien la paire! Celui-là, quand il voyage au Québec il contacte les clubs pour se faire inviter. Est-ce cela le sens du budo? de l’humilité? Et pour avoir participer à l’un de ses cours, je puis dire et mes amis québécois (j’en ai discuté avec eux) qu’il e nous a pas du tout convaincu! rôle de type que ce Sans… Personnellement la première fois que je suis allé au Québec, ma démarche a tout d’abord été de demander la permission de pratiquer dna sle club local. Et puis, au bout de quelques cours comme l’on me faisait remarqué que j’avais une pratique différente, l’on m’a demander de donner quelques cours. Ce que j’ai bien humblement accepté. Alors quand je vois un S.Sans qui arrive dans un lieu ou il ne connais personne, contacte les responsables de dojos en disant qu’il est 5e dan, président de ligue, élève de Sensei tamura etc. etc. cela pour ce qui me concerne l’attitude de quelqu’un qui a compris l’esprit du budo.
    J’en terminerai la dessus car j’aurai encore beaucoup à dire sur cette FFAB et ses cadres…
    Te souhaite Farouk un bel avenir; Si seulement des gens comme toi étaient plus nombreux les mentalités au sein de notre budo seraient plus saines.
    JL

  17. Fabrice dit :

    Bonjour,

    J’avais vaguement entendu parler de cette histoire et lu une version de la FFAB sur leur site.
    Maintenant après ce que je viens de lire c’est beaucoup moins vague et accorde toute confiance à ce témoignage bien que je ne connaisse pas Farouk.
    La FFAB c’est aujourd’hui un clan et lorsqu’il y a des « rebelles » ils se font taper sur les doigts et se sont forcément des infréquentables.
    Si tu fais partis du clan, si tu es et fait bien comme on te le dit tu auras tous les honneurs, le titre, le grade qui va avec même si le niveau n’est pas là ! Ce récit en est une preuve supplémentaire.
    En résumé c’est du n’importe quoi.
    Je suis pratiquant depuis 1983 et j’ai toujours été fier d’être dans cette fédé tant que Maître Tamura était là, mais ces derniers temps j’ai fini par en avoir plutôt honte.
    Comme d’autres j’ai espéré que les choses s’arranges, j’ai patienté et essayé de me remotiver, mais niet.
    J’enseigne aussi cette discipline et comme le ferait un Samurai, si on ne peut supporter la honte on se fait seppuku.
    J’ai choisi de ne pas m’ouvrir le ventre pour la FFAB (manquerait plus que ça), j’ai simplement tout comme le fait Farouk quitté cette fédé et je démarre donc cette nouvelle saison dans un autre contexte.
    Il y a d’autres solutions il faut juste trouver celle qui vous convient.
    Pour moi cette fédé va récolter ce qu’elle est en train de semer…
    « Des petits ruisseaux naissent les grandes rivières » et j’ai pu constater qu’il y a de plus en plus de ruisseaux qui se créé.

    Bonne route à Farouk.

    PS: Sympa le petit clin d’œil à Max Méchard dans les commentaires, il est claire que CP ne ferait pas le malin devant lui.

    • Merci et très bonne route à toi Fabrice. 😉

      Amicalement.

      Farouk

      • Fabrice dit :

        Pratiquement 2 ans plus tard…;-) Cela se passe bien pour moi et mon dojo.
        Aucun regret et cela fait vraiment du bien de continuer dans un climat normal et un esprit Aïki.
        Cette fédé à eue peur et est revenue un peu en arrière aujourd’hui sur sa politique, il y a eu beaucoup de perte en pratiquants et dojo, mais c’est pour cette seule raison qu’ils ont changé leur fusil d’épaule, le fond est toujours là, donc il ne faut pas se tromper, l’arbre qui a poussé tordu ne se redressera jamais.

        Salutations Farouk

  18. Lejambon dit :

    Salut, Arrivé à votre niveau de pratique pour s’entendre dire des choses pareilles et le reste, juste pour le « test », c’est le niveau zéro de la philosophie et une mentalité assez proche de la débilité (n’ayons pas peur des mots)… Quand je pense que l’aïkido est sensé se traduire par « la voie de l’harmonie » ça laisse songeur…
    J’imagine le conflit intérieur vertigineux de devoir se résoudre à quitter des amis, certain peut-être du début (25 ans) parce qu’un haut gradé fait de la psychologie de bar après quelques whisky…

    Perso, Ayant intégré cette année (2016 et) un peu par hasard (puisque c’est le seul club de ma ville) un dojo affilié à la 2ff3a, j’ai appris (également par hasard, en souhaitant faire un stage avec Léo Tamaki, dans la ville voisine) qu’il existait une deuxième fédé (la ffab) qui se trouve exactement dans cette ville limitrophe, disons approximativement 10 km (ce n’est vraiment pas de bol et je me fais du sushi) puisque du haut de mes cinquante ans, j’avais envisagé, bien naïvement, de prendre deux heures de plus par semaine dans cet autre dojo (afin de progresser plus rapidement) mais je pense qu’il vaut mieux éviter de parler de cette idée à un club ou à l’autre (d’après ce que j’ai compris). C’est en me renseignant sur ce schisme avec deux fédé pour le même sport, que le titre de votre mésaventure m’as interpellé et j’en suis vraiment peiné (c’est même carrément n’importe quoi, osons le terme).

    Courage, vos amis sauront reconnaître vos choix, vos mérites et pour les autres intervenants, c’est aussi une bonne expérience de voir qui ils sont vraiment, incapables de simplement formuler des excuses, valent t-ils vraiment la peine d’être considérés ?

  19. Bonjour,
    On ne se connait pas, on n’est pas de la même « fédé », mais je viens d’apprecier votre disours, et il m’a un peu remonté le moral. Je vois que les problèmes sont un peu les mêmes partout, quelle que soit la fédé, quel que soit le niveau. Même si les mots diffèrent, le fond reste souvent le même. Le schisme de l’aïkido ne se fera pas entre deux groupes distincts, deux fédés différentes… mais bien entre les budokas et les pique assiette administratifs qui utilisent des rouages scabreux pour rester en haut de l’échelle. Ceux là n’ont rien compris, ni au Budo, ni au message d’O’Senseï.
    Keep smiling !!

    • Merci Ulysse pour ton message.

      Aujourd’hui, je ne regrette absolument rien et je suis content de pouvoir avancer et progresser encore et encore avec d’autres maîtres, experts et amis.

      Je garderai le sourire, quoi qu’il arrive 😉

      A bientôt

      Farouk

  20. carl dit :

    Bonjour,

    nous ne nous sommes jamais croisé ,et je ne vous connais ni de nom ni de réputation
    pratiquant depuis une 12aine d’année je n’ai jamais entendu parlé de cette histoire (les ragots ne m’intéressent jamais )

    Mais pour avoir pratiqué avec les 2 protagonistes à plusieurs reprises je ne suis pas étonné, quelqu’un a déjà vu une once d’humilité chez ces 2 personnes censées être exemplaires ? moi pas, mais je regarde peut être mal….

    Je ne vis cet état d’esprit particulier que de loin mais il se sent pourtant clairement en filigrane chez les anciens.
    Faut il écouter l’arbre qui tombe ou la forêt qui pousse?
    Parce que en ce moment c’est toute une génération qui se sépare de la fédération , et lorsque je lit certains blogs de « traîtres à la patrie » , les explications telles que les vôtres ou celles de Mr.Tamaki me semblent tout à fait justifiées.

    Ce qui m’inquiète fortement dans cette histoire c’est l’absence de réaction des témoins (à moins que vous ne les précisiez pas volontairement) mais quid des autres? Xavier à senti le vent tourner et est parti , OK.
    Mais les anciens? je ne connait pas tous les noms mais il me semble qu’il s’agit un tout petit peu de hauts gradés. Ont ils osé faire la sourde oreille lorsque Môssieur SANS vous a menacé (et surtout vous donner raison en dévoilant son piètre niveau d’évolution ) ?

    70 balais, shihan, et  » dit à machin que je vais lui péter la gueule » , c’est marrant mais c’est plutôt l’image d’un ado en manque de confiance que celle d’un guide sur la voie…

    Allez, ne connaissant pas grand monde des noms cités je laisse le bénéfice du doute à tout le monde…
    heu non , je connais SANS, et sur lui, pas de doute.
    Remarque , sur Pellerin non plus…

    Par contre messieurs les déserteurs, il va falloir franchement vous organiser pour continuer d’avancer car à mon tout tout tout petit niveau , vue les différences de tarif entre la « new génération divergente » et la FFAB j’avoue que le choix est vite fait…

    J’adore Tanguy , j’ai très envie de voir Léo en vrai et plein d’autres personnes du genre mais à 70 euros la journée (si je me souviens bien, à prendre avec des pincettes) et les 20euros le week end remboursés par le club ou la fédé ou la ligue la plupart du temps, il n’y a pas photo. Et ce n’est à mon avis absolument pas une histoire de qualité d’enseignement.

    Personnellement c’est le seul point qui me retient de venir jouir de vos enseignements les « nouveaux autonomes ». Mais je sais, il faut bien vivre ma p’tite dame.

    Bon courage pour la suite (vous semblez en avoir beaucoup )
    Un esprit droit ne risque rien. (citation de moi même, attention copyrights de dingues !)

    Respectueusement, cordialement

    C.

  21. PARTY dit :

    Bjr , à la lecture , par hasard , de ce témoignage , je ne peux qu’être solidaire et souhaiter que l’esprit qui anime certains sur la voie véritable de l’ AIKIDO les porte loin encore . Cordialement – Alain PARTY / pratiquant depuis 1970 – 4e dan – BF – Président CoDep 54

    • Bonjour Alain,

      Merci pour ton retour.
      Effectivement, je dirai même que pour certaines personnes, l’aikido n’est malheureusement pas un médicament et encore moins un vaccin.
      quand on est (nait) con, on est con !
      Je ne crois pas t’avoir déjà rencontré sur les tatamis.
      Peut-être un jour… qui sait ;-).
      Bonne pratique à toi
      Amicalement

      Farouk

  22. Tahir dit :

    Bonjour Farouk
    Je me présente,je m’a Morad Tahir pratiquant l’aikido à paris et je viens de crée mon association au dojo kikentai ( Maison.aikido@gmail.com).
    Je connais Léo Tamaki non loin de chez moi ou je participe à ces stages d’été.
    Je suis triste de lire ton histoire mais malheureusement ils y’ a beaucoup d’histoires qui touche beaucoup de pratiquants notamment ce qui n’ose Pas dire leurs douleurs
    Je serais honoré de te recevoir pour un stage sur paris au dojo kikentai un dimanche.
    Ah j’adore ton m’animent de A.I.

    • Bonjour Tahir,

      Je viens tout juste de m’apercevoir de ton message sur mon blog.

      Effectivement, je n’ai pas eu d’autre choix que de quitter cette triste fédération et je m’en porte bien mieux pour être honnête.
      Mais c’est du passé tout ça maintenant.

      Concernant ton invitation à venir donner un stage chez toi, il va falloir trouver une date. J’ai qq dispos entre mai et juin 2018 mais pas beaucoup.

      Tu me diras.

      A très bientôt.

      Amicalement

      Farouk BENOUALI
      Tel : 06 86 48 63 10
      Mail : farouk.benouali@gmail.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s